Accueil
Accueil   >   Actualités : Les étoiles perdues d’Oméga du Centaure

Les étoiles perdues d’Oméga du Centaure

avril 22 2019

Courants d'étoiles détectés par STREAMFINDER, superposés sur une carte du ciel complet réalisée à partir des flux de tous les objets du catalogue Gaia DR2. Les étoiles des différents courants sont représentées par des symboles dont la couleur représente le mouvement propre en latitude galactique. Crédits: Rodrigo Ibata, Observatoire astronomique de Strasbourg.

Etoiles de la structure de Fimbulthul: la couleur des symboles représente leur mouvement propre en latitude galactique. La position actuelle de Omega du Centaure est indiquée, ainsi que sa trajectoire supposée dans notre Galaxie. Crédits: Rodrigo Ibata, Observatoire astronomique de Strasbourg, TRAPPIST/E. Jehin/ESO.

Une équipe de chercheurs de l’Observatoire astronomique de Strasbourg, de l’Observatoire de Bologne et de l’Université de Stockholm ont mis en évidence un courant d’étoiles qui ont vraisemblablement été arrachées à l’amas globulaire Oméga du Centaure par la Voie Lactée. Parmi les 1,7 milliards d’étoiles du catalogue Gaia DR2, ils ont identifié 309 étoiles qui semblent indiquer que cet amas globulaire pourrait en réalité être le résidu d’une galaxie naine. Cette découverte apporte un éclairage nouveau sur l’histoire de la formation de notre Galaxie, marquée par l’accrétion de petites galaxies, dont certains amas globulaires pourraient aujourd’hui être les vestiges.

 

En 1677, Edmond Halley nomme Oméga du Centaure (ω Cen) ce qu’il pense être une étoile qu’il a observée dans la constellation du Centaure. Mais John Herschel réalisera en 1830 qu’il s’agit en fait d’un amas globulaire qui peut être résolu en étoiles individuelles. Nous savons aujourd’hui qu’Oméga du Centaure est l’amas globulaire le plus massif de la Voie Lactée: il contient plusieurs millions d’étoiles vieilles d’environ 12 milliards d’années, et situées à environ 18,000 années-lumière de nous. Mais la nature exacte de cet objet fait débat: s’agit-t-il vraiment d’un amas globulaire, ou bien pourrait-il être un résidu, le cœur d’une galaxie naine dont la périphérie aurait été dispersée par la Voie Lactée?

Cette dernière hypothèse repose en particulier sur le fait que ω Cen contient plusieurs populations d’étoiles, avec une grande dispersion de métallicités (la teneur en éléments lourds) et des cinématiques qui trahissent une formation sur une période de temps étendue. Un argument supplémentaire en faveur de cette hypothèse serait de trouver des débris de l’amas dispersés le long de son orbite dans la Voie Lactée. En effet, lorsqu’une galaxie naine interagit avec une galaxie massive comme la nôtre, des étoiles sont arrachées par les forces de marées gravitationnelles résultant de l’interaction avec la Voie Lactée, et ces étoiles restent un temps visible sous forme de courants stellaires, avant de se disperser dans le halo de la galaxie massive.

En analysant les données astrométriques du satellite Gaia (Gaia DR2) avec un algorithme nommé STREAMFINDER développé à Strasbourg, les chercheurs ont mis en évidence plusieurs courants d’étoiles. L’un d’eux, baptisé structure de Fimbulthul (nommé d’après l’un des fleuves qui existaient au début du monde dans la mythologie nordique), contient 309 étoiles s’étirant sur 18°, dont deux étoiles pour lesquelles Gaia a aussi mesuré une vitesse radiale.

En modélisant les trajectoires des étoiles, il apparaît que la structure de Fimbulthul peut correspondre à un courant de marée d’étoiles arrachées à ω Cen, s’étendant jusqu’à 28° de l’amas. Des observations spectroscopiques de 5 étoiles de ce courant avec le Télescope Canada France Hawaii montrent que leurs vitesses sont très similaires, et qu’elles ont des métallicités comparables aux étoiles de ω Cen, ce qui renforce l’idée que c’est bien un courant de marée lié à l’orbite de ω Cen qui est détecté.

Les chercheurs ont ensuite pu appliquer un filtre pour sélectionner, dans les données Gaia DR2, la portion du courant de marée dans la zone très encombrée à proximité immédiate de l’amas. Des modélisations plus poussées du courant de marée pourraient permettre de contraindre l’histoire dynamique de la galaxie naine progéniteur de ω Cen, et permettre de trouver encore plus d’étoiles perdues par ce système dans le halo de la Voie Lactée.

 

Lien vers l'article : https://arxiv.org/pdf/1902.09544.pdf

Contact: Rodrigo Ibata, rodrigo.ibata@astro.unistra.fr, 03 68 85 23 91

Michele Bellazzini, Michele.bellazzini@inaf.it, +39 051 635 73 26

Khyati Malhan, khyati.malhan@fysik.su.se, +46 72 085 22 05

Nicolas Martin, nicolas.martin@astro.unistra.fr, 03 68 85 24 67

Paolo Bianchini, paolo.bianchini@astro.unistra.fr, +33 3 68 85 24 02

Search & Find
avril 25 2018

La date du 25 avril 2018 est attendue avec impatience par de nombreux astronomes du monde entier....

juil. 5 2019

Ce prix distingue Dominique Aubert et Pierre Ocvirk, de l'Université de Strasbourg, ainsi que leur...

mai 15 2019

Les grandes galaxies spirales, comme notre plus proche voisine, la galaxie d'Andromède, ne laissent...

avril 22 2019

Une équipe de chercheurs de l’Observatoire astronomique de Strasbourg, de l’Observatoire de Bologne...

mars 28 2019

Rodrigo Ibata, directeur de recherche CNRS à l'Observatoire astronomique de Strasbourg...